La résistible ascension de Zynga

Yann

Écrit le 16/12/2011 par Yann, dans la catégorie Business (3 commentaire(s))

Langue(s) de l'article :

MAJ 16/12/2011 : L'introduction en bourse de Zynga vient d'être lancée, pour 100 millions d'actions au prix de 10$ l'action, soit une levée d'un milliard de dollars, correspondant à 11% du capital. Cette opération valorisera donc Zynga aux alentours de 9 milliards de dollars, et constitue la plus grosse introduction sur le marché américain depuis Google en 2004.

 

 

Société de jeux vidéo fondée en 2007, Zynga est en passe de rejoindre la liste des légendaires startups passées en quelques années du garage à l'introduction en bourse.

 

En quelques années, le Bulldog (Zynga tire son nom du chien de son créateur Mark Pincus) aura dévoré le marché des jeux sociaux, en créant des jeux free to play particulièrement addictifs et viraux. Une croissance ébouriffante, n'ayons pas peur des mots ringards, l'a fait passé en quatre petites années de jeune société ambitieuse à une multinationale de 3000 salariés, brassant 600 millions de dollars en 2010, avec plus de 200 millions d'utilisateurs, et jusqu'à récemment évaluée entre 15 et 20 milliards de dollars.

Une telle réussite ne va pas sans quelques critiques. Dans le cas de Zynga, elles sont même plutôt nombreuses.

Ainsi, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer le gameplay de leurs jeux, basés sur la culpabilisation des joueurs (si vous n'arrosez pas vos plantes, elles mourront), et sur une viralité proche du spamming (le moindre de vos faits et gestes dans le jeu peut donner lieu à un message posté à l'attention de tous vos amis.).

Leur business modèle semble également à la limite du frauduleux pour certains, qui comme Michael Arrington de techcrunch dénoncent l'appel à des offres de partenaires tiers pour obtenir de la monnaie in-game, offres qui se révèlent souvent être des arnaques pilotées par des sociétés tierces plus que douteuses...

Leur gestion des ressources humaines s'est récemment retrouvée sous le feu de la critique, notamment de la part d'employés critiquant les conditions de travail harrassantes et stressantes, et le pilotage par les chiffres, véritable ADN de Zynga.

Dans l'ensemble, Zynga semble souffrir d'une mauvaise image de marque parmi les professionnels du jeux vidéo. Cet état de fait est illustré notamment par le refus récent, selon certaines sources, par Rovio (les créateurs d'Angry birds) d'accepter une offre d'achat de la part de Zynga pour un montant avoisinant les 2.25 milliards de dollars. Oui milliards. Et ils ont dit non...

Enfin, les résultats économiques semblent se tasser ces derniers temps. Le nombre d'utilisateurs de Zynga progresse à peine, malgré les nombreuses sorties récentes de nouveaux jeux. Le modèle semble pour certains être parvenu à son apogée...avant la chute ?

C'est dans ce contexte que l'introduction en bourse de Zynga doit avoir lieu ce mois-ci, pour un montant d'un milliards de dollars, qui valoriserait l'ensemble de la société entre 7 et 9 milliards, soit moitié moins que les estimations qui avaient cours il y a encore quelques mois...

 

 

Sources :

RSS Actualités Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager
Trier les commentaires

Les commentaires

Répondre Citer

Avatar

Tous leurs jeux se ressemblent.... CastleVille c'est FrontierVille avec des graphismes plus vendeur.

Signaler un abus

Répondre Citer

Avatar

  • Yann a dit le 12/12/2011 à 11:38

Oui, je trouve qu'ils sont plus près de la production industrielle que de la création par moment. Par contre ils sont redoutablement bons dans leur domaine (c'est à dire le marketing). Sur ce point, il y a plein de leçons à tirer de leurs méthodes, et je ne désespère pas qu'on puisse un jour voir émerger un jeu avec le talent marketing de Zynga et la créativité et le plaisir de jeu d'un indie game... A moins que ce ne soit vraiment inconciliable ?

Signaler un abus

Répondre Citer

Avatar

http://www.casquebydremagasin.com

Signaler un abus

NB : vous devez être inscrit et identifié sur la plateforme Digital Coproductions pour pouvoir laisser un commentaire.

Ajouter un commentaire

Envoyer